Non-racisme

Le non-racisme, à ne pas confondre avec l’antiracisme, est un ensemble d’attitudes et de comportements, individuels ou collectifs, dénués de tout préjugé, qui transcendent les différences raciales.

Le terme non-racisme fait référence aux Noirs et aux Blancs qui coexistent en parfaite harmonie, prouvant que les êtres humains ont les capacités intrinsèques et extrinsèques de vivre ensemble dans un égal respect, sans aucune aversion liée à l’origine raciale ou ethnique. Seul frein réel aux mentalités racistes, ces symboles positifs et monuments de fierté nationale et internationale de l’égalité des races, méritent d’être plus amplement médiatisés et cités en exemple :

  • Les Sud-Africains, Nelson Mandela et Frédéric Willem De Klerck, qui reçurent, pour leurs efforts en faveur de l’égalité raciale, le prix Nobel de la paix en 1993;
  • Le hutu Paul Rusesabagina, qui, en 1994, accueillit et protégea dans l’hôtel des Milles Collines plus de 1200 rwandais voués à la mort;
  • Le portugais Aristides Sousa Mendes, qui, entre le 17 et 23 juin 1940, durant la Deuxième Guerre mondiale, délivra des milliers de visas aux fuyards du nazisme;
  • Les personnes influentes ou des gens ordinaires qui nourrissent un besoin inné de justice pour une coexistence harmonieuse des races et des ethnies;
  • Les personnes qui se dévouent le plus souvent dans l’anonymat à la cause humanitaire, ici ou ailleurs;
  • Les familles de diverses origines qui adoptent des enfants issus de différentes communautés;
  • Les responsables politiques qui dénoncent sans ambiguïté la discrimination;
  • Les organisations publiques ou privées qui recrutent sans discrimination;
  • Les corps de métiers, tels les Sapeurs pompiers, la Gendarmerie royale du Canada, la Police et le corps médical, qui se portent au secours des personnes quelle que soit leur origine raciale, ethnique ou religieuse;
  • Les Blancs et les Noirs, qui, hier comme aujourd’hui, marchent d’un même pas, ensemble ou séparément, pour rendre la société humaine plus humaine encore;

Par leur parcours de vie, ces artisans du non-racisme contribuent à l’avancement d’une société également respectueuse envers tous les individus, sans connotation cependant de paternalisme ou de tolérance.
«… le terme de tolérance, pris en son sens propre, est inadéquat à la grande idée qu’on prétend lui faire exprimer. En effet, tolérer une différence d’être et de la pensée, c’est la tenir en quelque sorte à distance avec une note de condescendance et d’indulgence. Le respect d’autrui et de sa liberté demande plus et autre chose »

Étienne Borne, philosophe